samedi 24 janvier 2009

La fièvre du vendredi après-midi

Même pas j'ai honte du titre.

Hier, j'ai appris que ma collègue que j'aime avec qui je m'entends bien et tout va s'en aller dans pas longtemps. En février, je sais pas exactement quand. On m'a annoncé ça sans trop de manières, du genre "ah au fait il faudrait que t'apprennes à faire ça vu que Machine elle arrête". Je suis un peu déprimée... C'est déjà pas facile de rencontrer des gens tout court ici et quand c'est le cas et qu'en plus vous avez un peu de points communs ils se cassent pour aller se marier, pfff.

En plus le matin même, depuis le réveil j'avais des fourmies dans la main gauche qui remontaient en pincement vers le coude et ça m'a fait flipper. En plus l'après-midi même j'ai commencé à avoir mal aux bronches et ça s'est intensifié jusqu'au soir.
Du coup on a été à la clinique du centre-ville. Les médecins japonais sont formidables, j'explique que j'ai mal aux bronches, à en juger par le thermomètre j'avais aussi de la fièvre. Alors le médecin japonais dit "D'accord. Donc comme ça peut être une pneumonie voire même un pneumothorax (?!), vous allez faire une radio des poumons". Bon... Ca prend trois minutes, et après consultation de la-dite radio, le médecin de nous rassurer : ça va en fait c'est rien, c'est une bronchite. (...) Je vous donne des médicaments, et puis aussi de la médecine chinoise, tant que vous êtes au Japon.

Eh oui les médecins prescrivent ce genre de médicaments, enfin je sais pas si c'est systématique mais moi je trouve ça chouette. Et finalement la consultation la radio et les médocs nous ont coûté moins de 80€, et j'avais même pas ma carte de sécu. C'est formidable ! Mais je suis privée de bisous du coup. Merci l'incubateur mobile de la JR.

Ca m'a amusée qu'il envisage tout de suite le pire comme ça, surtout vu comment se porte le paysage médical en ce moment en France.


En résumé, hier c'était pas la tip-top forme. Maintenant ça va mieux, et en plus hier on m'a offert de la galette des rois de chez Kayser Japon alors j'ai de quoi continuer à déprimer comme il faut.

Pendant ce temps-là, Laurent dort paisiblement

dimanche 18 janvier 2009

Post Scriptum

Il serait peut-être pas mal d'expliquer cette histoire de déménagement un peu.

Ma gentille patronne a un studio qu'elle n'utilise pas juste derrière chez elle ; il est rempli de ses affaires un peu, mais ya une baignoire, la place pour mettre une étagère, et surtout elle me propose de le squatter gratuitement. Il est un peu au-dessus de Ikebukuro, le quartier (Higashi-Nagasaki) est aussi calme de Koganei et ya un MacDo et un supermarché ouvert 24h/24.

Donc j'ai accepté. Comme je ne vais plus à la guesthouse car contrairement à d'autres j'aime bien utiliser la nuit pour dormir ça me faisait chier de payer un loyer juste pour stocker des affaires.

Et puis il y a une baignoire, mince.

Les responsables des guesthouse étaient un peu tristes que je m'en aille, je crois qu'ils m'aimaient bien. Parce que je suis gentiiiille.

Voilà. Je vais pouvoir économiser des sous en espérant cette fois que le yen remonte pas trop d'ici un an. Et maintenant j'ai envie de cuisiner. Pire, d'acheter juste des bouquins de cuisine.

jeudi 15 janvier 2009

I am the eggman

J'aime pas le nouveau sigle de google. Eh c'est bizarre comme mot, "sigle". Laurent dit que c'est parce que je suis plus habituée au français. Moi j'ai parfois l'impression d'y être encore un peu trop habituée, mais bon.

Alors moi les dernières semaines j'ai fait des trucs trop bien ! J'ai été manger dans un restaurant de cuisine d'Okinawa pour la première fois et c'était bon et sain comme je l'espérais. En plus le restaurant est total look et underground (il faut descendre des escaliers pour y aller)



Pardonnez la mauvaise qualité de mes photos... J'ai pas besoin d'expliquer que les deux premières photos sont l'intérieur du restaurant, par contre la boisson sur la troisième est une boisson légèrement alcoolisée à base d'un agrume de là-bas que je suis incapable de retranscrire correctement... ça s'apelle du "shihkwasah"... je suis sûre qu'il y a une vraie orthographe... google et son moche logo semblent suggérer "shiquasur", alors va pour shiquasur. Que d'éxotisme ! Et forcément omme ça vient d'Okinawa ça doit avoir un milliard de propriétés incroyables, ça doit rendre invicible et guérir du cancer de la protaste.
Après moi j'ai pris le menu au fuu champloo, le fuu étant un dérivé du soja je pense, ça ressemble un peu au soja frit et c'est très bon. C'est sauté avec divers légume comme pousse de haricot mungo, salade (?) j'essaie de regarder mes photos mais comme elles sont floues... C'était servies avec des algues, une salade de vermicelles de riz et papaye accompagnée de mayonnaise, un genre de soupe miso avec encore plein d'algues dedans, du riz et des tsukemono. J'imagine que c'est pas le moment d'avouer que j'aimerais être critique gastronomique quand je serais grande...
Et Laurent a pris des soba d'Okinawa, plutôt proches des udon, avec un bouillon léger et de la viande bonne.

Le truc moins cool c'est que le soir ça se transforme en bar et les prix triplent. Au Japon ça peut arriver relativement souvent que vous payiez même juste la table quand vous allez dans un restaurant le soir, soyez avertis. Bon comme on a un peu raclamé en bons Français que nous sommes, on a eu une reduc alors on les kiffent quand même.


Et lundi dernier je suis allée à un festival des festivals et "furusato" (village natal, typique avec sa saveur particulière...). Ca se passait au Tôkyô Dome, en sortant du métro j'ai vu cet arbre tout seul et j'ai trouvé ça joli


Le Tôkyô Dome avait mis les petites diodes dans les grandes pour décorer ses alentours pendant l'hiver


Et voilà l'intérieur du festival


Il y avait une scène pour des genre de danses et défilés, et plein de stands de nourriture. Et aussi au fond quelques stands de kimono ou objets typiques japonais. J'ai bien sûr attentivement examiné tous les stands de bouffe un à un, même s'il me restait qu'une heure pour profiter du festival parce que j'ai eu la flemme de me bouger le cul un jour férié alors que j'étais un peu malade. Un moment les lumières se sont éteintes et le spectacle a commencé. Le seul problème c'est que le temps que je trouve un truc à manger pour pouvoir savourer le-dit spectable pleinement, ben c'était déjà fini. J'ai pas compris. Du coup j'ai continué à manger et à acheter des trucs à manger. Comme c'était bientôt l'heure de la fermeture en plus plein de stands faisaient des rabais hihihi...

Mon obsession aura quand même servi par la suite lors de nos mésaventures avec les Pélerins et Romain ! Une sale histoire de ferrero rocher, je pense que tout le monde préférerait oublier tout ça alors je m'arrête ici. On retiendra juste les bons okonomiyaki, qu'on a justement grillé nous-même à notre goût.

En conclusion, une photo de japonais comme les aime Laurent : en train de faire la queue pour acheter des trucs à manger. Ce stand était le plus populaire du festival sur l'âme profonde du Japon, n'ayons pas peur des mots on déconne pas avec le furusato. On voit bien les gens faire la queue tout autour sur la photo.
Ils vendaient des crèmes brûlées et des choux à la crème.



PS: Vous ne pouvez réaliser à quel point vos infos sont bien qu'en comparant avec les autres pays. Les infos au Japon, c'est du grand n'importe quoi. C'est soit glauque et gore, soit abrutissant. Exemple pour les incidents de Gaza, on voit d'abord des images d'enfants qui pleurent et qui sont blessés, du sang plein le visage, puis on vous explique la situation avec des schémas mignons de bonshommes avec des barbes et des vetements noirs ou des turbans.

PPS: Je déménage ! Adieu guesthouse ! Bonjour bain ! Ne m'envoyez plus de lettres ou de colis je vous transmettrai bientôt l'adresse.

mardi 6 janvier 2009

Année Bonne

Bonne année ! Des bisous à tout ceux à qui j'en ai pas déjà fait par faute de temps dédié à internet.

Mais comme ça fait longtemps qu'on s'est vu ! C'est normal, on rentre dans une des deux périodes importantes pour une fille dans l'année : les soldes.

Non je plaisante, comme si j'étais matérialiste. En revanche pour fêter mon indépendance économique j'ai acheté plein de trucs mignons et inutiles
Il est beau mon chat hein. Je l'aime. Nous avons aussi un petit panier en bois qui servira à mettre d'autres choses mignonnes et inutiles, ou peut-être restera-t-il sans utilité. Une écharpe de chez muji, une théière de chez muji, une mug de chez muji avec un couvercle et un filtre à thé, le tout vendu séparément et sans la réduction de 10% promise, puis un livre pour être belle naturellement avec des ingrédients naturels et japonais ici (j'en ai deux autres dans le même genre hin hin hin) et enfin pour bien vivre l'absence de four ici, un livre pour faire des gâteaux cuits à la vapeur.

Bon blague à part, c'était quand même nouvel an ici aussi, et comme je racontais avant nouvel an c'est tout un poème. Ce que j'ai surtout retenu c'est qu'on fait des kilos-tonnes de bouffe pour pouvoir tenir pendant plusieurs jours, parce qu'à nouvel an on est censé pas bouger un orteil pendant trois jours, sauf pour faire le ménage du sol au plafond. Moi, j'ai pas goûté la vraie nourriture de nouvel an qu'on vend dans tous les magasins et conbini en cette période, mais j'ai essayé d'en faire moi-même quand même.

D'abord de l'o-zôni le 31 au soir
Que Laurent scrute avec délectation

Puis plein d'autres plats le lendemain, avant préparation. Il existe bien sûr aussi une photo après préparation, mais c'est Gab qui l'a. Je le hais.
Voici du surimi de luxe.
Et de la VIANDE, crue. J'ai haché tout ça sans mixer ouaiiis. Mais pourquoi ça ?!
Pour ça ! Des gyozas à la crevette. Il paraît que ça fait pas très très osechi ryôri, (cuisine de nouvel an) oui oui mais c'était bon, et en plus on voit la forme de la crevette-signe-de-longévité alors je vois pas pourquoi on m'embête.

Et à part manger, encore une fois, on a rien fait d'autre. Ah si on a fait coucou au Mont Fuji aussi. Parce que moi quand j'étais à Paris, je passais devant la Tour Eiffel en métro tous les jours. Maintenant que je suis à Tôkyô, c'est le Mont Fuji que je vois depuis le bout de ma rue, ou la fenêtre de Laurent.


Parce que j'aime toujours autant l'interaction aussi et que je veux plus de visites sur mon blog je vous traduis la recette de l'ozôni du site de aijonomoto que j'ai utilisé. Note culturelle : le zôni est une soupe de légumes qu'on mange à Nouvel An (...)


O-zôni

Pour 4 personnes

- une petite escalope de poulet (environ 150g)
- A) un peu de sel (sur le site ils proposent fourbement leur propre sel spécial de la mer Seto, ne les écoutez pas)
- A) un peu de saké
- 8 cm de daikon (gros radis japonais..)
- 8 cm de carotte (j'en ai pris une entière hein)
- 2 satoimo (ça c'est moi qui l'ai mis, les satoimo sont des sortes d'ignames fondantes voire un peu gluantes à la chaire blanche et la peau sale et poilue. Les japonais s'amusent à en gâcher la moitié en la coupant joliment quand ils la cuisinent. En plus c'est bon pour la santé et je savais même pas)
- 4 petits shiitake
- 10g d'algue wakame
- 4 branches de komatsuha (un légume proche de l'épinard mais en mieux, ça donnerai une poignée d'épinards)
- 4 mochis
- 1 1/3 cc de hondashi en poudre
- 4 tasses (1 tasse = 20 cl) d'eau
- B) 1 cc de SEL
- B) 1 cc de sauce soja
- B) 1 cc de mirin
- un peu de zeste de yuzu (j'ai zappé..)


Couper la viande en morceaux d'une bouchée, mélanger avec A

Couper le daikon en tranche de 3mm, couper la carotte en tranche de 3mm et si vous voulez coupez-la joliment en forme de fleur (je suis cynique envers le surdécoupage décorationnel des aliments, mais en fait l'arrangement est assez important dans la cuisine du nouvel an donc on déconne pas trop avec ça quand même. C'est pour ça que les plats que j'ai fait ne sont que des pâles reproductions, mais c'est bon quand même sans la forme de fleur hein. Juste allez pas faire le beau devant un japonais avec vos carottes rondes dans votre soupe parce qu'il trouvera ça un peu moches pour du zôni quand même), couper les satoimo (si possible en forme octogonale...). Blanchir ces légumes.

Laver rapidement les shiitake, dessiner une croix sur le dessus avec un couteau (s'ils sont séchés, les faire tremper dans un peu d'eau au préalable)

Laver le wakame, en retirer le fil et le couper en tronçons de 2cm (ou utiliser des wakame deshydratés comme Moi)

Blanchir rapidement les komatsuha, les laisser un peu s'égoutter puis les essorer pour en retirer l'excédent d'eau et les couper en tronçons de 3/4 cm

Griller les mochi sans les faire trop roussir

Porter à ébullition dans une casserole le hondashi et l'eau, y ajouter le poulet, le daikon, les carottes, les satoimo, les shiitake et laisser chauffer jusqu'à cuisson de la viande. Bien retirer l'écume.

Ajouter à cela la préparation B puis les wakame ainsi que les komatsuha. Couper le feu à la première ébullition

Passer rapidement les mochis dans de l'eau bouillante puis les mettre au fond d'un bol (à raison de 1 mochi par bol), verser la soupe par dessus et decorer avec l'écorce de yuzu finement coupée

***

En gros c'est très rapide à faire. Il faut savoir aussi que chaque famille à sa recette différente et que la composition des légumes change beaucoup surtout donc vous pouvez remplacer ceux qui vous manquent sans problème (navet pour le daikon, épinards et pomme de terre pour komatsuha et satoimo...). Il y a aussi des recettes sans poulet, avec un oeuf battu etc.


Bref. Nous cette année on a décidé d'adopter un ballon. Regardez comme il est joueur

video

Il adore Laurent